Violences conjugales

Pendant de nombreuses années, j’ai vécu avec un homme horrible, tout allait bien au début et puis, un jour, une gifle. Et tout s’est accentué avec le temps.
Les coups , les insultes, les menaces de mort , l’humiliation , le rabaissement et les violences sexuelles.

Qd j’ai eu le courage de dire stop , l’enfer a commencé : deux commissariats ont refusé de m’ouvrir leur porte car en sous effectif. J’ai mis 3 jours avant de pouvoir porter plainte, le dépôt de plainte a été un calvaire, moqueries et remarques de la part de la fonctionnaire de police.

J’avais envie de vomir tellement j’étais honteuse d’être là.

Le lendemain, monsieur est placé en GAV, il reconnaît tout, plus de 10 ans de faits, y compris les plus graves, donc pas de confrontation, l’officier me dit qu’il sera jugé sur les 6 derniers mois, car je n’avais pas donné d’heures et de dates précises.

Le coup de grâce , qui pense à tenir un carnet de note des violences qu’il subit , c’est fou !!
Le procès a eu lieu 6 mois après : 6 mois avec sursis et une mise à l’épreuve de 24 mois , un suivi quasi-inexistant par le SPIP, et des intimidations qui ont continué après cela.

Je me suis sentie abandonnée par la justice et tous les services compétents .
Voilà un gros résumé de mon histoire .

Cara
Auteur :
Cara
H/F :
Femme
Lieu de l'incident :
69100 Villeurbanne, France
Date de l'incident :
10/11/2020
Univers :
Maison - Lieu de vie
Endroit :
Appartement
Type de violence :
Agression physique

6 réponses

  1. Chère Cara.
    Votre histoire me touche.
    Touchée quand je lis de la violence conjugale et le courage qu il faut pour dire stop et décider de porter plainte.
    Je suis en colère de voir l accueil qui vous a été fait au commissariat de police et le refus de deux commissariats car en sous effectif. Comme si ce n était pas assez difficile comme ça ! Moquerie de la part d une femme en plus : ça ne change rien mais quand même… Il y a un travail d écoute et de formation à faire…c est urgent ! Je ne parle même pas des 6 derniers mois versus 10 années.
    Je perçois de votre témoignage qu on est bien seule dans toutes ces démarches…pendant et après….
    Soyez fière d avoir osé dire stop, fière d avoir fait les démarches qu il fallait. J espère que vous allez bien, que vous allez mieux surtout et je pense bien à vous.
    Geraldine

  2. Merci de partager votre histoire.
    Merci de montrer qu il faut savoir dire stop.
    Merci de prévenir que ce n est pas un parcours facile.
    Que la parole de la victime n est pas toujours entendue comme elle devrait.
    Merci pour votre courage!
    Merci d être notre voix à toutes et à tous.

  3. Merci bcp pour vos commentaires ça me touche vraiment, juste pour préciser, j’ai du déménager et changer de région pour ma tranquilité. Si mon témoignage peut encourager d’autres à dire stop , je m’en veux énormément d’avoir accepté cela durant si longtps surtout pour mes enfants .

  4. Vous en vouloir ?! Non une seule personne dans votre histoire doit s en vouloir énormément comme vous dites et ce n est certainement pas vous Cara ! Vous êtes la victime.
    Vous avez eu sacrément du courage et vos enfants sont fiers c est évident. Ils n en seront que plus forts dans leur vie d adulte.
    Vous avez bien fait de changer de région.

  5. Une gifle et la spirale…
    Ça fait écho à un événement récent médiatisé. Une gifle ce n est pas anodin
    C est quelqu un qui lève la main sur vous, c est une violence et le début pour vous d une véritable cauchemar à la lecture de votre témoignage.
    Votre situation est une réalité souvent si taboue, si cachée, car dans la sphère privée. Et pourtant les chiffres parlent …
    Merci d en parler vous pour sensibiliser , bravo pour votre courage.
    Mathias

  6. Forcément votre témoignage va encourager d autres à dire stop. Pour toutes ces femmes qui subissent ça sans le dire il faut en parler.
    Une voisine, une association, ce que vous vivez n est pas normal ! Il ne faut pas avoir peur de se confier. Il y a des gens bienveillants pour aider.

Laisser un commentaire

Témoignages conseillés

Violences conjugales classées sans suite – la violence peut être psychologique.

Je me fais le relai d une jeune nantaise qui explique avoir eu le courage de porter plainte il y a quelques années pour violence conjugale mais dont la[…]

Articles conseillés